Accueil Madame Patricia LEMOYNE de FORGES Présidente de l’ACNUSA

Publié le : 18 mai 2009

Auteur :
webmestre




Imprimer cet article
Madame Patricia LEMOYNE de FORGES Présidente de l’ACNUSA

Madame Patricia LEMOYNE de FORGES
Présidente de l’ACNUSA
93, Bd Montparnasse
75006 PARIS

Objet : Lettre à l’ACNUSA concernant le rapport annuel 2008

Madame la Présidente,

La lecture du rapport d’activité 2008 de l’ACNUSA nous a laissé stupéfaits sur un certain nombre de points : le déni des problèmes de santé publique, le mépris de la personne humaine que représente le riverain, la partialité qui encense les gestionnaires d’aéroport et les propos tendancieux concernant le compte rendu de votre visite à Toulouse - Blagnac le 6 novembre 2008.

Nous avons été particulièrement choqués par la problématique des vols de nuit qui concerne tous les riverains.

L’ Organisation Mondiale de la Santé déclare le droit pour tous à une nuit de sommeil de 8 heures ; elle n’a pas déterminé de « cœur de nuit », mais une nuit complète de 22 heures à 6 heures.

Vous résumez l’aspect sanitaire des vols de nuit au « ressenti » des populations (P. 58) quand les études européennes et internationales font état des graves incidences des vols de nuit sur la santé.

Vous n’ignorez pas que sur un certain nombre de plateformes françaises, des études sont menées pour diminuer ou supprimer les vols de nuit. C’est le cas pour l’aéroport de Toulouse - Blagnac où une étude financée par ATB et menée par le BIPE est en cours. Vous sapez donc les conclusions de cette étude commandée par la Préfecture, en confortant le gestionnaire dans le maintien ou l’augmentation de l’activité nocturne au nom de la rentabilité.

Le seul argument que vous développez est économique ; il l’emporte sur toute considération de santé et de qualité de vie pour les 100 000 riverains de l’aéroport de Toulouse - Blagnac, et pour tous ceux des plateformes françaises concernées.

Vous présentez l’augmentation des vols de nuit entre 22 heures et 23 heures, heure du coucher pour la quasi-totalité de la population française, comme un simple état des lieux n’appelant aucune réflexion.

Nous rejoignons donc en tout point les arguments développés par l’ADVOCNAR du 16 Avril sur la problématique des vols de nuit, tant sur le constat amer que sur les propositions qu’ils ont formulées.

Le 6 Novembre 2008, vous venez à Toulouse, accompagnée de plusieurs membres de l’ACNUSA. C’est au gestionnaire de l’aéroport que vous confiez alors le soin d’ouvrir la séance, de présenter ses réalisations, ses choix de développement de la plateforme.

Nous vous avons posé un certain nombre de questions, non sur de quelconques incompréhensions concernant les différents indicateurs de bruit mais sur le refus du gestionnaire de nous fournir la mesure annuelle du bruit en LDEN, sur l’explication de l’augmentation effective du bruit moyen par avion sur notre plateforme depuis 5 ans, sur l’incidence de la fermeture de l’aéroport de Francazal et le report des vols résiduels de l’activité militaire sur la plateforme de Toulouse - Blagnac, sur l’augmentation des vols de nuit en 2007. Nous n’avons toujours pas reçu de réponses à ces questions évacuées par le gestionnaire et votre compte-rendu.

Enfin, l’allusion au silence assourdissant de l’A380, qui épargnerait les oreilles des habitants du village d’Aussonne, est contredite par les capteurs du système Sentinelle qui font apparaître des niveaux de bruit particulièrement élevés.

Nous avons cru que l’ACNUSA créée en 1999, en échange de l’abandon du projet de création d’une 3ème plateforme francilienne, et en échange de la création de deux pistes supplémentaires, saurait conserver son indépendance face aux professionnels du monde aéronautique et œuvrer pour un mieux être des riverains : il semble qu’il n’en soit rien.

En espérant que vous voudrez bien répondre à nos questions, nous vous prions de croire, Madame La Présidente, à l’expression de notre considération distinguée.

La présidente du CCNAAT Chantal DEMANDER

copies : M.Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire Mme Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie M. Dominique Bur, Préfet de Région


Documents joints à l'article