Accueil Lu dans : la Dépêche du Midi du 30 Janvier 2015.

Publié le : 30 janvier 2015

Auteur :
webmestre




Imprimer cet article
Lu dans : la Dépêche du Midi du 30 Janvier 2015.

Un non unanime à la privatisation de l’aéroport des conseillers généraux

http://www.ladepeche.fr/article/2015/01/30/2040061-un-non-unanime-a-la-privatisation-de-l-aeroport.html#xtor=EPR-1

Publié le 30/01/2015 à 07:54, Mis à jour le 30/01/2015 à 10:20

C’est par un vote unanime des conseillers généraux que l’assemblée départementale a signifié hier après-midi sa ferme opposition à la vente de l’aéroport Toulouse -Blagnac au consortium chinois Symbiose. Par ce vote le conseil général conforte ce que le président Pierre Izard a plaidé en maintes occasions : « l’abandon du processus de privatisation non encore abouti et l’attachement à la maîtrise publique de cet équipement majeur ». L’élu de droite André Ducap a bien tenté de minimiser le pouvoir du gestionnaire privé « arguant que l’État posséderait 10,01 % des actions » ; argument battu en brèche par les différents orateurs dont Patrick Jimena qui n’a pas de mots assez durs pour évoquer un « pacte secret entre l’acquéreur et l’État, selon une procédure à la hussarde ». Georges Méric s’inquiète du devenir du personnel. « La constitution d’un hub à grande échelle est un non-sens pour la qualité de vie des Toulousains » dit-il. C’est d’ailleurs sur le thème de la menace pour l’environnement que Patrick Pignard développe ses arguments. Il rappelle les démarches du conseil général au sein de la commission consultative de l’environnement de l’aéroport afin d’atténuer les nuisances. « Nous participons aux mesures d’aides qui améliorent la protection des riverains situés dans le périmètre du plan de gêne sonore ; nous avons diminué le nombre de vols de nuit, pénalisé ou interdit les appareils les plus bruyants. Toutes ces mesures seraient rendues vaines par le triplement du trafic. L’opérateur privé étant prioritairement préoccupé de la rentabilité de l’équipement » dit-il. Il estime que cette augmentation du trafic ferait ressusciter l’obligation d’une troisième piste ou d’un nouvel aéroport. Enfin il s’étonne du silence des élus majoritaires de la métropole toulousaine ; étonnement que relaie Jean-Louis Llorca. Pour Jean Marc Dumoulin, c’est plus une question d’éthique que d’environnement. « Cet équipement au service du public doit rester dans le domaine public » plaide-t-il. « Quelles réponses peut-on apporter aux riverains de Blagnac » interroge Claude Roudieres. « Une croissance modérée de l’aéroport et la mise en service le plus vite possible de la ligne grande vitesse (LGV) lui répond Pierre Izard. C’est désormais officiel, le conseil général demande à l’État de renoncer au processus de privatisation de la gestion de l’aéroport. Le bras de fer est ouvert.
Jean-Pierre Roland